Est-ce que croire au paradis et à l’enfer a un impact sur le bonheur?

heaven-and-hell-jim-part-collaboration-godardL’enfer est un lieu dans lequel peu de gens aspirent à passer après leur mort, un royaume spirituel qui, dans la tradition chrétienne, est décrit comme étant dépourvue de la présence de Dieu. Et une nouvelle étude a révélé que la croyance en l’enfer pourrait effectivement conduire à un niveau inférieur de bonheur dans la vie.

Des chercheurs de l’Université Simon Frasier ont examiné comment la croyance dans les deux domaines théologiques, le paradis et l’enfer, avait un impact sur la vie de gens, mais se sont principalement focalisés sur ceux qui croient en un monde spirituel par rapport à un autre, pas ceux qui croient aux deux simultanément.

Dans l’étude intitulée « L’ impact émotionnel de l’Enfer : preuve expérimentale pour les effets négatifs sur le Bien-être des croyances à l’enfer » les chercheurs ont analysé les données de 63 pays .

Le constat général est que le moral est plus haut quand on croit au paradis plutôt qu’à l’enfer, les personnes étaient plus satisfaites. Croire au paradis, selon les chercheurs, conduit à une plus grande satisfaction dans la vie, dans l’ensemble.

« Nous constatons que la croyance dans le paradis est toujours associé à un plus grand bonheur et la satisfaction de la vie tandis que la croyance en l’enfer est associée à un bonheur faible ». Une étude suggère que ces différences s’expliquent principalement par l’impact émotionnel négatif de la croyance à l’ enfer. Les explications évolutives culturelles possibles de la persistance d’un tel concept religieux sont discutés.

Les chercheurs ont également effectué leur propre étude pour examiner si les gens plus malheureux sont en fait plus susceptibles de croire à l’enfer, un renversement de la notion que la croyance en l’enfer pourrait amener les gens à être moins satisfaits.

Alors, ils ont demandé à 422 personnes à écrire sur le paradis , l’enfer et ce qu’ils avaient fait la veille. Ensuite, ces personnes ont été invités à évaluer leurs sentiments sur sept indicateurs émotionnels : la culpabilité , la sécurité , la honte , le calme , la peur , le bonheur et la tristesse .

Tout en écrivant sur ​​le paradis et les activités de la journée précédente, cela a donné des résultats similaires , ceux qui ont écrit sur ​​l’enfer ont exprimé ressentir moins de bonheur . C’est quelque chose qui a touché les religieux et les non religieux .

 » Ainsi, la croyance en l’enfer, et la malveillance religieuse, plus généralement, peuvent contribuer à l’encouragement de la règle suivante, grâce à l’effet dissuasif de la peine surnaturelle, mais peuvent le faire au prix de bien-être », donne une partie de la conclusion de l’étude. « Cela crée un compromis intéressant entre les intérêts du groupe, qui bénéficient du comportement éthique des membres du groupe, et l’intérêt de l’individu , qui assume les coûts émotionnels d’une société qui suit les normes de la peur. « 

You can leave a response, or trackback from your own site.